Compact, Bridge, Réflex: qu’est-ce que c’est donc?

On m’a plusieurs fois posé la question à savoir quelle était la différence entre compacte, bridge et réflex. Faisons donc le tour de ces trois grandes classes d’appareils ensemble!

Reflex-Korelle_camera_small

Je tiens d’abord à vous avertir que cette petite introduction est nécessairement brève et superficielle. Je pense cependant que, dans ses grandes lignes, elle est exacte.

Commençons donc:

Les Compacts

La caractéristique principale d’un appareil compact, c’est justement qu’il est compact. Il est habituellement de la taille qu’un paquet de cartes à jouer. Ils sont pratiques, peu encombrants, et offrent souvent beaucoup de fonctionnalités intéressantes pour prendre des photos rapidement et de façon pas trop compliquée.

Typiquement, l’appareil compact numérique (car il y en a en argentique, c’est un peu différent) se compose d’un boîtier compact, d’une lentille de prise de vue et d’un écran numérique à cristaux liquides qui permet au photographe de voir ce que l’appareil voit. Il y a très peu de pièces mobiles hormis le diaphragme. L’image est captée par le senseur numérique (habituellement de très petite taille) et transmise à l’écran au dos de l’appareil. Plus rarement, voire même exceptionnellement, on disposera d’une visée télémétrique, c’est-à-dire une visée optique, mais parallèle à la lentille principale, qui permet de viser avec plus ou moins de précision le sujet.

L’organisation physique d’un appareil compact, vu en coupe, donnerait à peu près ceci:

Un compact vu en coupe

Un compact vu en coupe

On a une lentille fixe, avec possibilité de focus, parfois même de zoom mais de façon assez limitée, une chambre pour le senseur ou le film, et pas grand-chose d’autre. En argentique, le film est avancé manuellement grâce à une manivelle. En numérique, l’image saisie du senseur est simplement compressée (souvent avec JPEG) et sauvegardée sur la carte mémoire.

Les appareils compacts sont généralement relativement peu dispendieux et offrent souvent une résolution élevée, du genre 5 mégapixels et plus. Cependant, même si un appareil se vante d’un très grand nombre de pixels (12 mégapixels, par exemple), il ne faut pas s’y méprendre:

  • Certains appareils se vantent d’un grand nombre de pixels, mais seulement après l’interpolation numérique (en logiciel) d’une image venant d’un senseur de capacité bien moindre! C’est donc en logiciel que l’image est agrandie. Vous avez plus de pixels, mais pas plus de détails car ces détails ne sont pas saisis à la prise de vue, et l’appareil, même s’il dispose d’un bon logiciel pour agrandir l’image, ne pourra pas vous inventer de détails.
  • Certains appareils ont vraiment le nombre de pixels dont ils se vantent. Mais le senseur est très très petit (quelques millimètres de côté!) et chaque pixel est vraiment minuscule. Ils sont donc généralement plus bruités et aussi moins sensibles à la lumière. Vous aurez une résolution élevée, mais des conditions de prise de vue limitées. Ces appareils vont typiquement offrir de 100 à 400 ISO seulement. Les ISO plus élevés, si présents, donneront des images très bruitées.

Un exemple d’appareil compact: l’Olympus FE-230:

olympus-fe-230

Les Bridges

Les bridges font littéralement « le pont » entre les compacts et les réflex. Un peu plus gros mécaniquement que les compacts et souvent plus petits que les réflex, les bridges se distinguent de ces deux appareils par le fait que:

  • En résolution brute, les bridges n’offrent rien de bien mieux que les compacts: on aura tout au plus dans 10 ou 12 mégapixels, alors que dans les réflex, on trouvera des appareils faisant 20 mégapixels et plus.
  • Comme les compacts, ils ont généralement d’assez petits senseurs mais quand même de taille plus respectable: les senseurs APS-C font 22.2×14.8 mm. Ce n’est pas encore du 35mm mais ça permet d’avoir une gamme plus étendue de luminosité avec laquelle on peut travailler. Les pixels sont aussi moins bruités, en général.
  • Ils disposent souvent d’une lentille « tout usage » qui permet de zoomer jusqu’à 10 ou 12× tout en permettant de très gros plans, voir littéralement de faire de la macro. Bien sûr, le résultat n’est pas encore de niveau professionnel, mais il est parfois très surprenant par sa qualité. La caractéristique principale de la lentille c’est d’être soudée au boîtier. On ne peux donc pas interchanger les lentilles.
  • Les lentilles des bridges sont souvent plus lumineuses que celles des compactes, mais elles sont généralement limitées dans les ouvertures possibles; souvent on verra F/4 à F/8 ou peut-être F/11.
  • Pour étendre les capacités de la lentille, il faut avoir recours à des ajouts qui se vissent à l’extrémité de la lentille: on obtiendra ainsi des effets fish eye en vissant un adaptateur au bout de la lentille. Chaque ajout réduit encore la luminosité de l’appareil, qui n’est déjà pas très grande. Naturellement, tous ces accessoires sont relativement dispendieux et nécessairement incompatibles avec tous les appareils sauf le modèle spécifique pour lesquels ils ont été conçus.
  • Il y a encore assez peu de pièces mobiles. La visée est réalisée à travers l’écran au dos de l’appareil qui restitue l’image vue par le senseur. S’il y a une visée de type réflex, c’est souvent triché : l’image restituée dans la visée est générée par un minuscule écran à cristaux liquide monté dans la visée. La tête où logerais le pentaprisme du réflex cache souvent un flash escamotable.
  • Les bridges, comme les compacts, permettent souvent de prendre des films en plus des images fixes.
  • Les bridges se prennent en main plus comme des réflex que comme des compact. Certains fabriquants essayent de donner le look du réflex à leur bridges.
  • Comme les compacts, les bridges sauvegardent les photos en JPEG. Cependant, certains offrent la possibilité de sauvegarder en raw, ce qui est déjà plus intéressant!

En coupe, un bridge ressemblerait à ceci:

Un bridge vu en coupe

Un bridge vu en coupe

On a donc à l’avant une lentille beaucoup mieux conçue et aux performances plus intéressantes que celle des compacts, mais ce n’est pas encore une lentille « professionnelle ». On a une chambre où le senseur est directement exposé. Mais comme on ne peut changer l’objectif, le senseur est dans une chambre étanche — en principe — à la poussière et donc tout va bien. L’assemblage où se trouverait le pentaprisme fait place à un flash escamotable monté sur un ressort et, parfois, une visée optique simulée grâce à un petit écran LCD monté dans la visée qui retransmet ce que voir le senseur.

Les bridges ont aussi souvent des interfaces plus « gadget » comme un raccord pour une sortie vidéo ou télé, une télécommande, et autres bidules du même genre.

Un exemple de bridge, le Canon PowerShot G11:

canon-powershot-g11

Les réflex

Les appareils réflex se distinguent, par rapport aux compacts et aux bridges, par leur polyvalence et par leur mécanique beaucoup plus complexe. Regardons un appareil réflex typique en coupe:

Un reflexe avec auto-focus vu en coupe

Un reflexe avec auto-focus vu en coupe

Tout d’abord, le réflex sera muni de lentilles interchangeables. Ces lentilles peuvent être « tout usage » ou conçues pour des tâches spécialisées; mais sont généralement plus performantes que les lentilles des bridges: plus grand éventail de F stops, de F/1 jusqu’à F/36 ou même plus; et généralement plus précises, le piqué sera meilleur que les lentilles des compacts ou des bridges. Elles seront aussi nécessairement plus chères, mais elles seront compatibles avec tous les appareils du même fabriquant. Les lentilles Canon, par exemple, fonctionneront bien avec presque toute la gamme de leurs appareils (et de même pour Nikon, Pentax, etc.)

Ensuite, ce qu’on remarque, c’est l’apparition d’un (ou deux, mais j’y reviens dans un instant) miroir amovible. Le miroir reflète ce qui est vu à travers la lentille dans le pentaprisme. Le pentaprisme, grâce à son jeu de réflexions internes, redirige l’image dans la visée. C’est une visée de type TTL ou through the lense, littéralement, à travers la lentille (principale) de l’appareil.

Le senseur numérique (ou le film, dans le cas d’un appareil argentique) est caché derrière un rideau obturateur qui s’élèvera et s’abaissera au moment de la prise de vue. Le senseur (ou le film) reste donc dans le noir jusqu’à l’ultime moment où la prise de vue est déclenchée par le photographe. Normalement, il reste bien à l’abri de la poussière dans cette chambre.

Il peut y avoir un second miroir qui sert au mécanisme de mise au point automatique, l’« autofocus ». Les détails spécifiques des mécanismes d’autofocus changent d’un fabriquant à l’autre mais par exemple, pour le Canon XT, l’autofocus est réalisé grâce aux senseurs installés dans le plancher de la chambre photographique. La lumière passe à travers un miroir à demi teint à 45⁰, est reflétée sur le second miroir qui est à 90⁰ pour être reflétée une seconde fois vers le senseur d’autofocus.

Quand on appuie enfin sur le déclencheur, le (ou les) miroir(s) se soulève(net) (nous privant ainsi momentanément de la visée), le diaphragme se referme à l’ouverture programmée, l’obturateur se soulève, est retenu pour le temps d’exposition désiré, puis s’abaisse à nouveau: c’est le cycle complet de la prise de vue!

Il y a beaucoup plus de pièces mécaniques mobiles dans un appareil réflex que dans un compact ou un bridge. D’ailleurs, au moment de la prise de vue, le réflex laisse entendre un cliquetis assez franc, voire carrément bruyant. Les bridges et les compacts, n’ayant que peu ou même pas de pièces mobiles, sont de nature très silencieux. Ils vont même offrir un effet sonore (souvent pas très réaliste) de déclenchement pour confirmer au photographe que la prise de vue a eu lieu.

Un exemple de réflex de « moyenne » gamme: le Canon 5D Mark II:

canon-5d

*
* *

Voici donc, dans ses très grandes lignes, les différences entre compact, bridge, et réflex.

Ce dont nous n’avons pas discuté, ce sont les prix des divers appareils. Les compacts se trouvent pour environ 100$, parfois même moins, les bridges dans les 300 à 500$, et les appareils réflex… n’ont pas vraiment de limite de prix.

Les photographes débutants — et trop enthousiastes — ont souvent tendance à se suréquiper dès le départ. Ce que je conseillerais à un débutant qui n’est pas encore certain de vouloir se lancer dans la photographie autrement que pour un hobby occasionnel, c’est de commencer par un bridge. Un bridge offre plusieurs avantages sur un compact. D’abord, il n’est pas énormément plus cher. Ensuite, par exemple, on aura une meilleure lentille, plus de variété dans le logiciel embarqué de la caméra, des possibilités de sauvegarder les images en RAW, etc. C’est évident que les bridges n’offrent pas toute la versatilité et les capacités des « vrais » appareils (par lesquels on entend généralement des réflex hauts de gamme et hors de prix) mais au moins ils vous permettront d’obtenir des photos raisonnables au niveau technique (le côté artistique, l’appareil n’y peut rien, c’est votre job) et d’évoluer dans votre maîtrise de la technique photographique. Quand vous aurez épuisé les capacités de votre bridge et si vous êtes toujours décidés à faire de la photo, alors seulement considérez un équipement plus haut de gamme.

*
* *

La figure originale de la coupe d’un appareil réflex est tirée du Que Sais-je n⁰ 1608, La photographie scientifique par Gérard Betton, aux Presses Universitaires de Frances, 1975. J’ai cependant modifié la « fig. 3 » pour ajouter le second miroir et l’assemblage d’autofocus qui n’y était pas dans l’image originale.

J’ai pris soin de mettre des hyperliens à Wikipédia (en Français) sur les divers items. N’hésitez pas à les suivre et fouiner. C’est en général très bien écrit et les informations qu’on y trouve sont généralement exactes.

Logo-v2-small

About these ads

5 réponses à Compact, Bridge, Réflex: qu’est-ce que c’est donc?

  1. fifi dit :

    merci , ces explications sont tres interessantes pour le novice que je suis ,tres clair
    cordialement claude

  2. odilon dit :

    Merci, pour une fois c’est clair !

  3. michel dit :

    Bonjour.
    Merci pour les explications clair et précises.
    Je vais voir en boutique ce qui me correspond le mieux car je fais de la photo pour le plaisir, occasionnellement.
    Bonne fêtes de fin d’année et joyeux noël.
    Cordialement. rose Lou

  4. Catherine dit :

    Grand merci, voilà qui est à la fois clair et précis. Sauriez-vous me recommander un bridge ? (d’utilisation simple et faisant de belles photos)

    • Steven Pigeon dit :

      Je ne suis plus l’actualité des appareils photos vraiment, mais si l’anglais n’est pas un problème, le site http://www.dpreview.com/ maintient une liste assez courante des appareils, avec critiques et comparatifs. On peut chercher par le type (réflex, bridge, compact, etc.) et par le prix qu’on est prêt à mettre.

      Ils ont aussi plusieurs guides, dont un guide « best camera for beginners » qui saura peut-être vous éclairer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 48 autres abonnés

%d bloggers like this: